APERITIF LECTURE (2)
ARTISANAT D'ART (1)
ARTS DANS LA RUE (2)
ATELIER (16)
CAFE CONCERT (2)
CAFÉ PHILO (2)
CHRONIQUE (1)
COMMUNIQUE (1)
CONCERT (12)
CONFERENCE (1)
CONFERENCE DEBAT (1)
COUP DE COEUR (2)
DANSE (3)
EVENEMENT (5)
EXPOSITION (34)
FESTIVAL (5)
FORMATION (1)
LITTERATURE (2)
PARUTION (3)
PRATIQUE ARTISTIQUE (4)
PRESENTATION D'ARTISTE (1)
PROMOTION D'ARTISTE (1)
RENCONTRE ARTISTIQUE (1)
SAISON CULTURELLE (1)
SPECTACLE (1)
SPECTACLE JEUNE (2)
THEATRE DE MARIONNETTES (2)
VISITE GUIDÉE (1)
[image]

Y PARLENT PAS FRANCAIS !

THEÂTRE

Du 11 au 26 novembre 2017
Salle des Remparts - 40 rue Baudinot - 71120 CHAROLLES
Site Internet 

Le nouveau spectacle des Gâs du Tsarollais conçu et mis en scène par Bernard FOURNIER

 
 

En 1ère partie Théâtre :

 
-“La mère Braillou est ari patraque”, sketch de la tradition orale (auteur inconnu).
Souffrant de constipation, la mère Braillou se rend chez son docteur qu’elle n’a pas consulté depuis plus de 10 ans. Cependant au cours de la consultation, elle se découvre d’autres maux. Mais étant une femme au caractère bien trempé, les solutions et les médicaments que lui conseille le docteur ne lui conviennent pas. De plus, étant quelque peu arriérée, elles ne comprend pas toujours ce que lui préconise le docteur, d’où des malentendus et des situations cocasses...
 
> Il est à noter que ce sketch a été joué pour la première fois lors de la fête des écoles à GENELARD le 27 juin 1954 par Jean SERREAU dans le rôle du docteur et Roger MAILLOT dans celui de la mère BRAILLOU.

 

 

-“La salle d’attente du docteur”, texte original de Bernard FOURNIER.

 
Dans la salle d’attente du docteur, des patients attendent leur tour : un couple de vieux paysans, un homme de la ville, une femme et ses enfants, un grand père et son petit fils ainsi que deux adolescents. Les conversations s’engagent mais les jeunes ne comprennent pas ce que disent les anciens et vice versa, d’où des quiproquos et des situations inattendues...

 

 

En 2ème partie Folklore :

 
“La fête des moissons”
Jeunes et anciens se retrouvent le dimanche suivant à la fête des moissons à Beaubery. C’est l’occasion pour les anciens de faire découvrir les métiers d’autrefois aux plus jeunes, de les initier aux danses traditionnelles du Charolais Brionnais et de leur interpréter quelques chants composés par Joanny FURTIN.      

 

 

Les représentations auront lieu les samedis 11, 18 et 25 novembre 2017

ATTENTION :

Vendredi 17 novembre 2017 à 20h30
Les dimanches 12 et 26 novembre 2017 à 14h30 salle des Remparts à CHAROLLES.
 
 

Il est vivement recommandé de réserver (places numérotées) auprès de La Campagne Charolaise SARL DELOMIER route de Génelard 71120 CHAROLLES tél 03 85 24 12 32.

 
Prix des entrées 10 euros (gratuit jusqu’à 12 ans).
 
Venez nombreux en famille ou entre amis passer une soirée conviviale où le rire et l’émotion seront au rendez vous.
 
 
 
 
 

Les Gas du Tsarollais

 

Administratrice : Odile DUMONT
3 bis rue de la Condemine
71120  CHAROLLES
03.85.84.60.01
06.14.81.23.36

 

HISTORIQUE

C'est en Bourgogne du Sud, à Charolles, au cœur même du Charolais, célèbre pour la viande de ses bovins de race blanche, que vous pourrez trouver le groupe folklorique Les Gâs du Tsarollais.       
Lors d'un concours à Nice en 1935, Joanny Furtin et une poignée de danseurs conduits par un seul musicien, un vielleux Pierre Lauprêtre dit Pierre Frisé, remportent le 1er prix de danses régionales. Dès leur retour, Joanny Furtin fonde véritablement le groupe "Les Gâs du Tsarollais" qui depuis cette date fait connaître chants, danses, monologues et traditions du pays Charolais et Brionnais. 
Depuis 1935, Les Gâs du Tsarollais ont eu l'occasion de se produire en Allemagne, Angleterre, Suisse, Italie, Yougoslavie, Roumanie, ex-URSS (Moldavie et Ukraine), Israël, Afrique du sud, Japon, Maroc, Portugal, Hollande, Danemark, Bosnie, Monténégro, Bulgarie, …, et dans de nombreux festivals et animations en France.

NOS DANSES

Autrefois, tout était prétexte pour s'amuser simplement mais sainement, en dansant et en chantant : lors des mariages, baptêmes, conscrits, veillées (piqueries), ou bien lors des rudes travaux des champs pour couronner la fin d'une bonne journée de labeur. 
Polkas, branles, scottishs, bourrées, quadrilles, mazurkas, gueriaude, badoise, gigues constituent l'éventail des danses exécutées par le groupe, à quatre, six ou huit couples de danseurs.
La bourrée est différente de la bourrée auvergnate car elle se joue sur un rythme à deux temps.

NOS CHANTS

Le répertoire des Gâs du Tsarollais comprend des chansons du terroir ainsi que des chansons de Joanny Furtin, écrites presque toutes en patois.

NOS MONOLOGUES

Ce sont des farces charollaises, ou anecdotes contant d'une façon arrangée tel ou tel événement survenu à des gens du pays. Ces histoires sont presque toutes en patois.

NOS INSTRUMENTS DE MUSIQUE

L'orchestre se compose de deux catégories d'instruments :

- les instruments traditionnels : vielles, accordéons diatoniques, cornemuses.

- les instruments modernes : accordéons chromatiques, clarinettes.

NOS COSTUMES DE VILLE

Les costumes des femmes vont chercher leur origine dans le Charolais et le Brionnais, mélangeant parfois les deux contrées.

La Charollaise porte un caraco, une jupe sur un cotillon et par dessus un tablier simple. Sa coiffure est constituée d'un bonnet en mousseline avec fond de dentelle et deux rangées de tuyautage qui viennent égayer le devant, maintenu par des "serrettes" (brides en large tissus) nouées sous le menton.

La Brionnaise, plus riche, est habillée d'une robe, par dessus un cotillon, sur laquelle vient s'installer un tablier à "bav'ron" (bavette) et à plis ainsi qu'un châle orné de dentelles. Elle porte une coiffe à carcasse métallique, recouverte de dentelles et ornée de bijoux ainsi que d'un bouquet de fleurs ou de fruits qui vient en embellir l'arrière. La coiffe tient avec un bandeau où sont fixées des anglaises au nombre de cinq.

La Bâtarde porte un costume emprunté pour une partie à la Brionnaise pour la robe, le tablier à "bav'ron" (bavette) et à plis ainsi que le châle, par contre, elle emprunte à la Charollaise sa coiffure qui n'est constituée que du bonnet Charollais.

L'une comme l'autre sont chaussées de souliers ou de bottines en cuir noir.

Le Charollais porte une blouse, assez longue (généralement en dessous du genou), soit ouverte légèrement à encolure et fermée par trois boutons, soit ouverte sur toute la hauteur et boutonnée de haut en bas. Dessous, il porte une chemise à col relevé et coins cassés, un pantalon classique ou, autrefois, un pantalon à "barrère" (à barrière, à rabat).

Il est chaussé de sabots à brides en cuir, au décor fleuré qu'il porte avec de grosses chaussettes de laine grasse et des chaussons en croute de cuir ou également en laine grasse.

Il est coiffé d'un chapeau de feutre à larges bords, généralement noir.

L'hiver, pour se protéger du froid, il revêt un long manteau en peau de chèvre à poils longs, la "piau d'bique".

 

  

 


Valid XHTML 1.0 Transitional