[image]

FESTIVAL

LE FESTIVAL DE BOURGOGNE DU SUD - Les Baroquades

Du 22 juillet au 30 août 2017
Eglise
71170 St Maurice les Châteauneuf
Facebook 

> Samedi 22 juillet à 20h30  et  Dimanche 23 juillet à 17h30

 

"Les Baroquades" la musique baroque avec Béatrice Berne

 

Par ses conférences et présentations, Béatrice Berne familiarisera les auditeurs avec les instruments baroques et les caractéristiques de cet âge très inventif de la musique auquel nos improvisations actuelles empruntent encore beaucoup. Avec deux concerts et une conférence sur le chalumeau, ancêtre de la clarinette, et le clavecin avec Béatrice Berne et Thibault Lafaye.

 

Haendel, Vivaldi, Telemann...

Béatrice Berne, clarinettes et chalumeaux Thibault Lafaye clavecin

Eglise de Saint-Maurice-lès-Châteauneuf


Billetterie à Chauffailles Office de Tourisme

15/10/5 euros

 

"L’église de Saint-Maurice-lès-Châteauneuf vibrera ce week-end aux accents des Baroquades que Béatrice Berne (chalumeaux et clarinettes anciennes) et Thibault Lafaye (clavecin et orgue portatif) feront vivre avec brio.

Ces deux talentueux musiciens, spécialistes de musiques baroques (et classiques), ont choisi d’interpréter les oeuvres de Couperin, Haendel, Hoteterre, Royer, Sciroli,Telemann, Vivaldi.

Martine Chifflot a créé le mot et le concept des « baroquades », en hommage à une pièce pour clavecin solo de Couperin intitulée « Barricades »*  mais aussi pour signifier les promenades imaginaires et délices sensoriels que l’écoute de ce répertoire suscite. Un moment subtil, de rythmes et d’harmonies joyeuses qui rappelle à quel point la musique du XVIIème siècle est inventive et plaisante. Ce programme est un hommage à la danse, qui fut prédominante à l’époque baroque. Il s’ouvrira avec des airs de musette de Hoteterre, dont le premier s’intitule « entrée de bal », suivront des rigodons, gigues et des airs champêtres et royaux. Ce programme associe des timbres typés et variés de cinq clarinettes anciennes baroques : le précurseur de la clarinette, le chalumeau (soprano et d’amour), la clarinette ancienne (copie de Denner, créateur de l’isntrument) ensuite, les 5 et 3 clés au diapason 430. Les belles couleurs se mêlent à la très belle fresque picturale du couvercle du clavecin.

Les artistes livreront quelques clés d’écoute aux moments opportuns et ils présenteront leurs instruments.
Le dimanche 23 juillet, des résidents de l’EPHAD, leur famille et leurs accompagnateurs seront présents au concert. La salle est accessible aux personnes handicapées.

 
« Les bariquades mystérieuses » (1716) est le titre d’un recueil de plusieurs pièces pour clavecin de Couperin."

 

 

A SUIVRE

 

La suite du Festival de Bourgogne du Sud, un festival international à l'intersection des arts visuels et sonores : rétrospective, concerts, biennale cinématographique.

Festival de musique et de théâtre musical - Arts visuels et sonores - Vidéographie - Art et spiritualité en Bourgogne romane.

Direction artistique : Martine Chifflot-Comazzi

Musique : Béatrice Berne

 

La 15ème édition du Festival de Bourgogne du Sud, conçue par Martine Chifflot-Comazzi, placera la musique et la création cinématographique au cœur de son projet 2017.

Depuis 2003, le FBS œuvre auprès des populations locales et des touristes pour promouvoir une culture de qualité et rendre accessibles des pièces majeures de la culture musicale et littéraire. Ce travail de fond a permis des rencontres fructueuses avec le public autour du patrimoine roman et des paysages, que les expositions ont constamment mis en valeur.

Du 30 juin au 30 août à la Grange d’Arc, centre culturel regroupant divers départements d’études.

Martine Chifflot, dans le cadre de la 3ème biennale, proposera des rencontres et des mini-conférences autour du thème du fantastique et de l’œuvre de Lovecraft.

- C’est le thème des Démons et Merveilles qui a été choisi pour cette nouvelle biennale qui promeut les échanges verbaux dans l’esprit des ciné-clubs avec le concours des cinémas locaux.

- Une exposition rétrospective retraçant et explicitant le parcours du festival accompagnera ces moments forts.

 


11 août - la musique classique

avec un grand concert , organisé en partenariat avec les Amis de la collégiale de Semur-en-Brionnais ;

ce concert accueillera la célèbre et talentueuse pianiste japonaise Masako Nakai, pérennisant les connivences du festival avec l’Asie (Inde, Chine, Japon, etc.) et son ouverture culturelle aux autres continents

 

12 août - Les élèves de Masako Nakai

donneront également un concert attestant le succès de la musique classique occidentale au Japon auprès des jeunes générations. L’enjeu est, en effet, générationnel et vise la rencontre de tous autour d’objets culturels universels et structurants.

 

 

Rendre la culture et les arts accessibles à tous est un des principaux objectifs de ce festival, qui touche tous les publics de tous les âges. Eduquer le public, en le rendant conscient de ses capacités de réception et de compréhension, s’avère nécessaire à un moment où les points de repère peuvent s’être embrouillés du fait de la complexité et de la diversité du paysage culturel.

Les échanges et les rencontres sont la condition d’une réappropriation par tous d’un patrimoine de proximité que le département et la région offrent mais qui passe paradoxalement le plus souvent inaperçu du fait de cette proximité car les œuvres qui nous sont proches et familières sont méconnues et il nous faut apprendre à nous dépayser dans nos propres origines. Le festival de Bourgogne du Sud vise à rendre l’art présent à chacun et chacun présent à l’art dans les profondeurs de la culture universelle.



https://www.facebook.com/FestivalDeBourgogneDuSud

 

 

 

Martine CHIFFLOT

 

Le Bourg
Grange d'Arc
71740  Saint-Maurice-lès-Châteauneuf
03 85 26 29 07
06 87 52 28 62

 

Née à Roanne, où elle a passée son enfance, Martine Chifflot-Comazzi vint habiter Lyon dès l’âge de onze ans, puis (par intermittences) Paris où elle soutint une thèse de Doctorat en Philosophie (Paris IV-Sorbonne). Elle réside désormais en Bourgogne du Sud où elle continue son œuvre artistique et philosophique.

Sa formation artistique, commencée dès l’enfance avec la danse, l’a vite orientée vers le théâtre (en tant que comédienne) avec Gérard Maré au TP8 de Lyon, puis Serge Pauthe à Valréas. Des études de dessin et de peinture menées parallèlement la disposaient aux arts visuels et, lorsque deux comédiennes lui demandèrent en 1983 de les diriger dans un spectacle sur l’amour qu’elles voulaient porter à la scène, elle se risqua dans l’aventure. Ce fut Faits d’amour, pièce en trois suites, dont elle écrivit une quinzaine de textes qu’elle entremêla à des citations de Racine, Gide, Proust, etc. La pièce connut un beau succès à Lyon-Scènes, devenu depuis l’Espace 44, et cette ovation scella une carrière de metteure en scène que rien n’interrompit depuis lors. Créant la Compagnie ARCthéâtre avec les comédiennes Annie-Claude Sauton et Martine Ramet, puis la Compagnie ARCANE 17, en Bourgogne, Martine Chifflot-Comazzi enrichit chaque année ses compagnies d’une ou plusieurs créations, explorant les subtiles ressources d’un expressionnisme minimaliste de plus en plus précis et rigoureux : Racine (Phèdre), Labiche (Edgar et sa bonne, Mon Isménie), Molière (Dom Juan), Calderon (La vie est un songe) seront revisités à partir d’une même ligne esthétique autour du thème de l’amour et du complexe oedipien. Des recherches et des pratiques menées en psychanalyse et en psychodrame avec un disciple du Docteur Arthus (psychanalyste jungien connu à Lyon dans les années soixante-dix) lui fournirent des voies d’accès nouvelles et percutantes pour la construction du personnage et l’improvisation.

Diverses créations à partir de sa propre œuvre poétique (Ville de Novembre sur la terre, Chants journaliers), des nouvelles du roumain Romulus Rusan (Saison de chasse, Le bain turc, etc.), de la littérature fantastique (Lovecraft, Stoker) et mystique (Saint Jean de La Croix, Sainte Marguerite Marie) donnent à son théâtre un caractère polymorphe et innovant.

Fidèle à son esthétique minimaliste, elle élabore toutefois dans les objets qu’elle privilégie et les « gestographies » qu’elle organise, une écriture symbolique révélatrice des œuvres présentées. Elle associe souvent musique et danse à ses mises en scène et promeut depuis 2004 un nouveau genre de théâtre musical qui souligne la beauté des textes choisis et compose des livres vivants aussi instructifs qu’agréables à entendre. Elle a créé, en 2003, le festival des Arts à la grange, devenu Festival de Bourgogne du Sud, en raison des tournées qu’il effectue au Sud du Sud de la Bourgogne, de Charlieu à Belleville, en passant par Charolles et Paray-Le-Monial. Ce festival, qui s’applique à s’inscrire dans le terroir et à mettre en valeur le patrimoine, offre, chaque année, aux villageois et aux touristes des spectacles originaux et des créations in situ dans le champ des arts visuels et sonores.

Elle organise, en cours d’année, les Rencontres Artistiques de Bourgogne qui présentent des spectacles de saison : nouvelles fantastiques ou poésie, en automne ; contes d’hiver et concerts de printemps, parallèlement à des tournées en Rhône-Alpes et en Auvergne.

Professeure de philosophie dans l’enseignement supérieur, elle poursuit par ailleurs une œuvre philosophique autour de questions liées à la métaphysique et à la religion.

 


Valid XHTML 1.0 Transitional