arts plastiques (636)

cinéma (24)

festival (48)

littérature (153)

média (68)

musique (471)

régie (20)

spectacle (314)

Pratiques artistiques (186)

Lieux culturels (788)

Pierre et Elisabeth BONNIEL

Chemin du Retour
71250  JALOGNY
Courriel   

Pierre Bonniel, Professeur d'arts plastiques
 

 

Que les artistes aient emprunté à un autre domaine artistique que le leur propre (les cinéastes à la peinture, les peintres à la musique, à la littérature, à la photographie, les écrivains à la peinture, etc.) ou au champ très vaste de ce qui n'est pas, ou n'était pas alors, reconnu comme « artistique », est un phénomène extrêmement répandu, particulièrement au XXe siècle. On y observe, en effet, des « revitalisations », des sorties d'impasse, fondées sur la capacité d'emprunter et parfois d'assimiler tel caractère de provenance extérieure. Emprunts aux arts primitifs, à l'art populaire, aux médias, etc. - l'histoire des arts plastiques du XXe siècle peut, en grande partie, être écrite et étudiée sous ce rapport. L'emprunt à l'histoire de l'art est à la fois plus ancien, tout aussi répandu et plus spécifique. Il correspond à des positions artistiques, culturelles, idéologiques très diverses. De la leçon des maîtres au rituel symbolique du meurtre du père, les motivations divergent, qui président à cette « prise » ou « reprise ».
On peut orienter le questionnement sur la nature et la provenance de ce qui a été emprunté... Aux deux bouts de la chaîne, l'œuvre source et l'œuvre dans laquelle on décèle l'emprunt, voire la citation. Qu'est-ce qui est cité ? Dans quel nouveau contexte ? Plus féconde, en effet, est l'interrogation sur la motivation (dans quel but ? pour quelles raisons ? et quel enjeu ?) ainsi que sur l'écart entre l'œuvre source et celle qui use de sa reprise.

Emprunts et citations


Pierre Bonniel est également particulièrement engagé auprès de l'Atelier Maxime DESCOMBIN
"Voir la page de Françoise Joly
Rue Claude Guichard . Champlevert . 71000 Mâcon.


Valid XHTML 1.0 Transitional